En Octobre 2019, je suis prise de cours par l’extraordinaire révolte du peuple libanais. Et moi, désillusionnée de longue date, j’ai l’impression de tourner pour la première fois la page de la guerre en même temps qu’une page de mon histoire personnelle. Pourtant, je reste avec ma question récurrente : devrais-je rester ici ou bien simplement tourner le dos, quitter le pays de mon enfance pour chercher patrie ailleurs ?

En 2019, à nouveau, les Libanais, toutes générations et confessions confondues, sont descendus dans la rue pour exiger le départ de la classe politique corrompue à la tête de l’état depuis quarante ans. Le Liban, modèle de la région dans les années 1950-1960, est à l’agonie, rongé par une crise économique sans précédent, fragmenté par les inégalités sociales et menacé par la famine. Otage de puissances étrangères et de clans mafieux, le Liban a dû faire face à l’afflux d’1,5 million de réfugiés syriens depuis la guerre en Syrie. Nés après la guerre civile, les jeunes, déchirés entre la tentation de l’exil et le désir de changement, veulent en finir avec le système politico-confessionnel qui a gangrené la société. Ils réclament un État laïque et démocratique. Maintes fois occupé, détruit et ressuscité, le Liban peut-il se réinventer ? C’est la question récurrente que nous avons tous entendu aux informations et à laquelle Dalia Fathallah tente de répondre.

Réalisateur : Dalia Fathallah - 2021 - France - 90 minutres
Producteur : 24images